Clisson 1 / NPVB : Victoire en alexandrins, tout va bien !

Classé dans : Résumé Equipe 1 | 2

Ce résumé de match a une vocation collaborative: Partagez avec vos voisins!

Récitation à haute voix conseillée : c’est fait pour ça les alexandrins

Amis, nous savons bien qu’en des temps si troublés,
Désespérément flous, politiquement fous,
il faut de grands moments et de petites choses
pour égayer le soir, nos quotidiens moroses.

Amis, je le sais bien que vous attendez là
que je conte l’exploit d’une grande bataille,
que je narre où Clisson vainquit son ennemi,
Comment ci- repartit triste sire et marri.

Vous voudriez, je sais, que je vous conte encor’
Les larmes et les cris de ces Nantais hostiles,
qui osèrent inconscients passer l’huis du logis.

Je sais que vous voulez, qui du sang, qui des larmes,
Que vous vibrez toujours au cliquetis des armes,
Aux combats corps à corps, aux chutes, aux cris des femmes.
A l’horreur et au crime, au vol, à la tromperie,
Aux histoires qui font peur, qu’on raconte entr’amis,
au drame du quotidien : ……………..Las, je vous vais décevoir :

Point là n’est mon objet, nous gagnâmes c’est un fait,
Nous gagnâmes clairement, à peine fait exprès.
Vite dit, vite fait, mais non pas panache.
Un match simpl’ une fois fait est parfois à l’arrache.

Mais…
Nul gout de vengeance ne nous a dirigés,
ni ce n’est la violence qui nous fit l’emporter,
je vous laisse deviner ?

Ne cherchez plus amis, et écoutez plutôt,
Le lied réjoui d’une fanfaronne heureuse,
Ce qui nous a conduit ?
C’est l’amour de la vie, c’est l’amour, et l’envie !

J’avais dit, il y a peu, que la Force vacillait,
qu’il fallait travailler pour maîtriser le flux,
communiquer toujours, être attentifs à tous,
creuser ce sillon doux qui mène l’un à l’autre.
Oui, cette Flamme est un Dieu qui nous préoccupait :
Et tandis que les clowns abrutissent les ondes,
des Macron, des Fillon, des Mélanchon, Hamon,
Tandis qu’ils virevoltent et dansent quoiqu’on en pense,
et que je cherche en vain de tout cela le sens,
Tandis que tous se pensent centre des intérêts,
nous nous concentrions sur nos forces intérieures
pour que tout ça se voie enfin à l’extérieur.

Bifidus intensif, coaching Yoda, voilà :

Nous y fûmes ce soir-là. Tous présents, tous ensemble.
Pas un qui démérite, pas un qui manque au rang.
les grands et les petits, les garçons et les filles,
pour une chorégraphie digne du lac des Cygnes.

Ou presque, certes,

Version contemporaine, un peu moins maîtrisée
Modestes nous restons : on veut bien progresser !
Oh, rien n’était parfait, les chagrins le savent bien.
Mais il y eu du contre, de la défense aussi,
des attaques variées, des passes réussies,
que demande le coach s’il n’est pas satisfait ?

De l’amour ça c’est dit, la constance dans l’envie ?

Sur l’autel de la gloire nous immolerons fâcheux,
lâches et inconstants qui n’y auraient pas cru,
sur l’autel de demain nous brûlerons encore,
Pour poursuivre la route qui mène au firmament
à parcourir ensemble, doucement, surement,
pour que demain encor je chante vos louanges,
camarades méritants, admirables comparses.

Vous fûtes beaux ce soir, surtout ne changez rien.

Ou presque J

Amis qui partagèrent, les douceurs préparées,
Par les futurs gagnants qui ne doutaient de rien,
je vous espère riches des victoires d’un lundi
ainsi votre semaine, sous ces glorieux auspices ,

s’est poursuivie,

May the Force,…

M. La Maudite,

2 Responses

  1. Marie Cap

    mais dites-moi Maud, vous avez combien de talents?
    quand vous n’êtes pas une muse de la Récupérette
    faisant virevolter avec grâce une jupette
    sous les hourras joyeux d’un public délirant,

    vous sautez, agile et leste, bluffant l’adversaire
    qui, trop ébahi, laisse échapper le ballon
    d’un bond, d’un simple geste, vous le faites marron
    voilà bien des prouesses dont d’aucun serait fier

    cependant, ô modeste, vous préférez en rire
    vous n’avez pas fini de nous impressionner
    il n’y a rien d’autre à faire que lire et admirer
    lorsque vous jouez de si belle plume pour écrire

    • M la maudite

      Le compliment me touche, d’une artiste (pro)verb(i)ale 😉
      dont j’admire si souvent et l’esprit, et la lettre!
      et à bientôt, ici ou là,
      toujours avec plaisir, quoiqu’il en soit
      Mes respects Mme la Baronne

Laisser un commentaire